Une ambiance chaleureuse !

   La Morvandelle est un hôtel, bar, restaurant située en plein coeur du Morvan, sur le bord du lac des Settons, et à 25 km de Saulieu, offre une exceptionnelle qualité d'hébergement. Il jouit d’une vue imprenable sur le lac des Settons.

Il puise les sources de son confort et de sa beauté dans une alliance audacieuse des traditions du Morvan et de la modernité.

   Le savoir-faire éprouvé et le dynamisme créatif de la famille Bosset-Payen, où trois générations se succèdent et coexistent depuis 1970, garantissent à la clientèle le charme de cet envoûtant mariage entre modernisme et tradition.

   La Morvandelle est, avec l’hôtel du Lac, l’un des deux plus vieux hôtels des Settons . De l’extérieur, on admire d’abord sa situation privilégiée de bâtiment qui domine le lac, sa digue, sa maison de garde et celle des agents, sa chambre des manœuvres, le tout construit entre 1854 et 1899.

   Face à ce site unique et merveilleux, s’épanouit dans toute sa beauté le bâtiment dont les murs en granit du Morvan sont une réponse harmonieuse au granit du barrage tout entier : c’est la Morvandelle.


   De l’extérieur encore, on perçoit cependant que la Morvandelle, née en 1928, s’est progressivement adaptée aux demandes de plus en plus diversifiées d'un tourisme qui a beaucoup évolué en 3 / 4 de siècle.

   A la salle de restauration initiale, d’atmosphère plutôt confidentielle, s’est adjointe une terrasse couverte et lumineuse.

   Un bar-brasserie répond aux besoins d’une clientèle de passage, pressée de laisser voiture ou moto sur le grand parking pour rejoindre en quelques pas les embarcadères tout proches, pour un tour de lac ou des promenades en barques ou pédalos.

   En été s’ouvrent la pizzeria et, sous les parasols, la buvette en plein air sur une terrasse en surplomb du lac et de son chemin de ronde. La cabane de Paula, à l’initiative du petit-fils de la maison, offre aux amateurs de cette buvette en plein air une animation, musicale entre autres, qui attire la jeunesse sans nuire au repos des touristes qui préfèrent le calme.

   Une jolie boutique en bois peint aux allures d’antan où chacun peut trouver ses cartes postales et ses objets-souvenirs jouxtent le bar-brasserie.
On s’explique alors que la clientèle de la Morvandelle soit très variée :
-— beaucoup de Parisiens, mais aussi des Hollandais, des Anglais, des Belges et des Suisses ;
-— des gens de toutes générations ;
-— des amateurs gourmets qui aiment savourer de bons repas et des gens pressés d’engloutir la bière et la pizza pour aller profiter des loisirs nautiques si proches ;
-— des touristes de toutes catégories sociales par conséquent.

   Ce qui est certain, des années d’expérience permettent de l’affirmer, c’est que les gens qui viennent à la Morvandelle y reviennent.


   L’intérieur de La Morvandelle confirme cette alliance de bon goût entre tradition et modernité.
Dans la salle de restaurant où vous pouvez dîner aux chandelles auprès d’un vrai feu de bois dans la vieille cheminée, votre œil s’attarde sur un plafond unique dans la région, peint de motifs floraux tous différents, tous réalisés à la main dans les années 50.
Vieux objets de cuivre dans le décor (bouilloires, chaufferettes ), collections d’antiques moulins à café, mais aussi sublime vaisselle de table, nappes et serviettes en magnifiques tissus.

   Si vous entrez dans une chambre ( elles ont toutes vue sur le lac) votre étonnement se poursuit : tout en vous se réjouit de la conjugaison entre le nom de cette chambre, le motif du porte-clef , le tableau de fleurs encadré au mur, les teintes de la literie, du mobilier, du papier mural. Festival de soleil dans la chambre des Genêts, doux romantisme dans celle des Myosotis, tendresse dans la chambre des pensées, etc.
Tout ce décor est l’œuvre de Gisèle Desauge, la mère du patron, qui vous dit modestement qu’elle s’amuse à peindre mais dont on peut apprendre – à la lecture des manifestations en Bourgogne – qu’elle vient d’obtenir pour ses toiles le 1er prix de la ville de Nolay ( et « le 3ème prix du public » confie-t-elle avec un brin de légitime fierté ).

   Gardons « pour la bonne bouche », comme on dit, le fait suivant :
Le patron, c’est Jean-Jacques Payen qui gère l’ensemble de l’établissement avec efficacité tout en accueillant la clientèle avec un sourire rayonnant.

   Mais le patron, c’est aussi le chef de cuisine et tous les connaisseurs des bons hôtels-restaurants le savent, c’est une garantie essentielle.
Jean-Jacques Payen, passionné de cuisine depuis toujours, a travaillé dans de grandes maisons de Bourgogne telles Lameloise à Chagny, La Poste à Avallon... Il fut apprenti à la pâtisserie Lenôtre à Paris. Il fut aussi intronisé dans la chaîne des rôtisseurs de Bourgogne.
De plus, il s’offre le luxe – il vous offre le luxe – d’accompagner ses plats délicieux, si vous le souhaitez, par des vins Desauge : vins de Bourgogne de la propriété familiale, Volnay, Pommard, Bourgogne aligoté tasteviné depuis 8 ans ; et vous savez que le jury des Chevaliers du tastevin de Bourgogne sélectionne avec beaucoup de rigueur .
La qualité est indéniable, le rapport qualité / prix est intéressant.